« Tout part de l’établissement, tout revient à l’établissement »,
Roger Gaborit, secrétaire général de Formiris.
« Le développement professionnel des responsables d’établissement est ainsi déterminant, car ce sont eux qui sont chargés de créer un environnement dans lequel élèves et enseignants tirent parti des écoles en tant que communautés d’apprentissage » In : Les compétences clés dans un monde en mutation, Education et formation 2010 », 25-11-09.

 

Le chef d’établissement en première ligne ?
Le rôle du chef d’établissement est prépondérant. Ses missions sont multiples. Ainsi, tour à tour, le voilà qui :

Pour cela, il dispose de différents moyens et outils de pilotage, comme le projet d’établissement, les entretiens individuels, les lieux participatifs et les temps formels institués (conseils d’établissement, conseil de classe ou de cycle, concertation, réunions disciplinaires, conseil de direction, etc.), le référentiel de l’établissement formateur, le portfolio, le plan de formation …
Toutefois, le chef d’établissement n’est pas un homme orchestre : il a besoin des compétences de tous ses collaborateurs, d’un partage avec ses pairs (réseaux de chefs d’établissement), de l’aide de sa tutelle, de formations d’appui. 

Des outils de pilotage pour construire l’établissement formateur et/ou apprenant

1. Projet d’établissement et la « démarche projets »
« Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va » attribué à Sénèque.
Le projet d’établissement permet de savoir où on va, il permet de fédérer les équipes. La mise en place de groupes projets est un levier pour mobiliser des équipes. L'élaboration d'un projet est déjà en soi une démarche d'intégration de la dimension d'établissement formateur.
« Rendu obligatoire par la loi d'orientation du 10 juillet 1989, le projet d'établissement définit, au niveau de l'EPLE, les modalités particulières de mise en œuvre des objectifs et des programmes nationaux et du projet académique. Inscrit dans le cadre de l'autonomie des EPLE, le projet d'établissement fixe la politique éducative de l'établissement. Il sert à exprimer la volonté collective d'une communauté particulière et assure la cohérence de ses actions », ESEN, 2008.
« Dans chaque établissement catholique d’enseignement, le projet éducatif se réfère explicitement à l’Evangile et à l’enseignement de l’Eglise catholique. Il traduit les valeurs qui fondent les choix et l’action de la communauté éducative. Il prend en compte toutes les dimensions de la vie d’un établissement. […] Le projet éducatif se traduit particulièrement dans un projet d’établissement qui fixe dans le concret les objectifs à atteindre, compte tenu du projet éducatif et des obligations législatives, réglementaires ou contractuelles. […] Le chef d’établissement a la responsabilité des différents projets et de leur cohérence », Statut de l’Enseignement catholique, 1992.
Cliquez ici pour accéder aux outils.

2. « Référentiel » de l’établissement formateur et/ou apprenant
L’établissement formateur crée un environnement favorable aux apprentissages et au développement des compétences des personnes tandis que l’établissement apprenant  permet aux projets des personnes de s’exprimer et de se réaliser. Ces 2 logiques s’entrelacent et construisent l’établissement formateur et/ou apprenant. Une carte heuristique réalisée par le groupe de travail Formiris propose un « référentiel » de l’établissement formateur et/ou apprenant. 10 champs sont repérés. Ils sont déclinés par rapport à l’organisation et par rapport aux individus.
C’est un outil pour les chefs d’établissements comme relecture de leur pratique et de l’organisation de leur établissement. Il peut également favoriser une réflexion des enseignants sur leur participation et leur investissement dans l’établissement.
Pour accéder au référentiel, rendez-vous dans la rubrique Définition-référentiel

 3. Une organisation favorisant le travail intelligent
 Le travail doit être formateur. Il faut pour cela que l’organisation du travail soit qualifiante, qu’elle permette et structure une réflexion des gens sur leur travail », In Le changement est affaire de volonté politique, Bertrand Schwartz, Education permanente, un projet d’avenir, N°180 septembre, octobre 2009.
Pour un rappel des points qui favorisent une « organisation apprenante », cliquez ici.

4. Lieux participatifs : Travail d’équipe et  temps formels institués (conseils …)
"Le milieu « nourricier » pour tous, relève à la fois de l’organisation et de chacun (pas l’un sans l’autre !). Et cela passe inévitablement par une certaine culture du management et du travail collaboratif » !
« L’efficacité des établissements ne se mesure pas : elle se construit, se négocie, se pratique et se vit » (Gather Thurler, 1994b).
Pour des outils sur le travail d’équipe et les temps formels institués, cliquez ici.

5. Entretiens individuels
« Qui parle sème. Qui écoute, récolte », Jacques Salomé
L’Entretien Annuel d’Activité et de Développement (EAAD) est devenu obligatoire depuis le 18 juin 2009 dans l’enseignement privé. Certains chefs d’établissement n’ont pas attendu cette injonction pour le mettre en place. L’EADD sert à faire le bilan du travail réalisé et des problèmes rencontrés, à recueillir les souhaits du salarié en matière de formation et de mobilité professionnelle. Il permet de fixer de nouveaux objectifs pour l’année à venir et de co-réfléchir sur les ressources et les moyens à mettre à disposition ou à mobiliser pour y parvenir. Autrement dit, c’est un temps dédié (la parole est donnée et entendue) avec une certaine formalisation qui permet une prise de recul, une mise en perspective et une reconnaissance des personnes. C’est un cadre qui permet de la liberté, un point d’appui dans une démarche d’établissement formateur et/ou apprenant.
Pour des outils sur les entretiens individuels, cliquez ici.
 

6. Démarche compétences et portfolio
Pour que l’enseignant déploie son portefeuille de compétences (portfolio), il est nécessaire de combiner un engagement de l’enseignant lui-même dans cette démarche et un engagement du chef d’établissement à le mettre dans des conditions favorables, à créer l’environnement, le « milieu nourricier ». « L’apprentissage en situation de travail, n’est possible que si les cadres intègrent l’activité formatrice comme partie intégrante de leur fonction managériale ».
Tho Ha Vinh, In Jean-Marie Barbier (dir.), Encyclopédie de la formation, Demos, PUF, octobre 2009.
Le référentiel des 10 compétences du métier d’enseignant, défini dans le cadre de la formation des maîtres (cahiers des charges des IUFM, décembre 2006) est un point d’appui pour s’inscrire dans une démarche de professionnalisation. Le portfolio permet à l’enseignant « d’identifier ses connaissances, compétences et ses aptitudes professionnelles acquises et mises en œuvre tout au long de sa vie professionnelle », Passeport européen de formation.
Pour des outils sur les compétences et le portfolio, cliquez ici.  

7. Plan de formation
« Le temps d’apprendre est désormais celui de la vie entière »,  Jacques Delors, Commission internationale sur l’éducation pour le XXIe siècle, 1996.
« Se former et innover » est une des 10 compétences du métier d’enseignant. Les enseignants sont responsables de leur formation et s’inscrivent dans le projet de l’établissement. « Le chef d’établissement (1er et 2nd degré) fédère les équipes autour de projets que l’établissement veut développer. Il est responsable de sa propre formation et de celle des personnels de son établissement. Il aborde les besoins et les projets de formation, notamment lors des entretiens annuels individuels, et inscrit sa démarche de responsabilité de formation dans le processus paritaire réglementaire permettant d’associer les enseignants et les autres personnels. Formiris apporte son expertise et son conseil au chef d’établissement pour l’élaboration du plan de formation de l’établissement », Texte cadre sur le fonctionnement fédéral de Formiris, 19 juin 2009.
Le plan de formation est donc un levier pour faciliter la mise en œuvre du projet d’établissement. Il contribue à la professionnalisation des enseignants en s’inscrivant dans une logique d’établissement formateur et/ou apprenant.
Pour des outils sur le plan de formation, cliquez ici.  

8. Le chef d'établissement et la formation initiale
Les établissements scolaires ont besoin d’enseignants formés. Il s’agit donc de contribuer au recrutement, à l’accueil et à l’accompagnement de ces candidats et des lauréats aux concours.
C’est la vocation de l’établissement formateur et/ou apprenant que de « créer un environnement favorable » à ces futurs ou nouveaux enseignants. Pour en savoir plus, contribution au recrutement et à la formation des enseignants : l'accueil et l'accompagnement de stagiaires étudiants ou enseignants stagiaires.

Ils construisent l’établissement formateur et/ou apprenant …
Lire les témoignages de chefs d’établissement, rubrique Situations-témoignages. 

Sylvie Crépy, Formiris, 2 février 2010.